MicroDelta Rework : Test et avis sur cette imprimante 3D à 400€

L’impression 3D était un univers destiné principalement aux professionnels jusqu’à maintenant. Mais depuis quelques mois, cela se démocratise et devient de plus en plus accessible au grand public. Le prix des imprimantes baisse et la qualité d’impression s’améliore. Comment débuter dans ce domaine ? Quelle imprimante 3D acheter ? Combien coûte une imprimante 3D ? Si l’impression 3D est tout nouveau pour vous, il se pourrait bien que je puisse répondre à vos questions au travers de ce test de l’imprimante 3D MicroDelta Rework par l’entreprise eMotion Tech.

Découverte de l’imprimante MicroDelta Rework

Cela fait déjà plusieurs années que je m’intéresse à l’impression 3D, mais j’avais toujours vu des imprimantes où trop chères, ou de mauvaise qualité.. Et puis au début du mois, l’entreprise eMotion Tech m’a contactée pour annoncer la sortie de son imprimante MicroDelta Rework à 400€. Ils ont alors gentiment accepté de me prêter un de leur modèle afin de la tester et de pouvoir faire un retour d’expérience.

Caractéristiques techniques de l’imprimante :

  • Dimensions : Hauteur 530mm, Largueur 261mm, Profondeur 285mm
  • Volume d’impression : 150mm de diamètre pour 200mm de hauteur.
  • Épaisseur des couches de 100 à 350 microns selon les paramètres d’impression
  • Filament compatible : PLA (ABS, G-fil, M-fil, Flex avec l’option plateau chauffant et tous filaments disponibles au format 1.75mm)
  • Vitesse d’impression nominale : >80mm/s
  • Vitesse de déplacement maximale : 200mm/s
  • Vitesse de déplacement nominale : 150mm/s
  • Précision moyenne (X,Y) 100 microns
  • Précision moyenne (Z) 50 microns
  • Type d’électronique eMotronic et carte micro SD
  • Impression à l’aide d’une tête d’extrusion Hexagon (buses interchangeables)
  • Buse 0.4mm par défaut
  • Système d’exploitation Windows XP, Vista, 7,8,10, Ubuntu 12+, Mac OS
  • Logiciel fourni, Repetier (préconfiguré pour MicroDelta Rework)
  • Connectivité USB
  • Alimentation fournie, 24V, 150W

Ne vous inquiétez pas si vous ne comprenez pas tout, c’est normal. L’impression 3D nécessite d’apprendre quelques nouveaux termes, mais pas de quoi nous arrêter en si bon chemin.

Le montage de l’imprimante

L’imprimante MicroDelta Rework est livrée en kit, c’est aussi pour cette raison qu’elle est à un prix plus abordable que la plupart des imprimantes. Vous vous souvenez des mécanos de quand vous étiez plus jeunes ? Et bien là, c’est le même principe, mais forcément un peu plus compliqué.

L’entreprise annonce environ 3h de montage, j’en ai passé le double. Et il y a plusieurs raisons à cela : La première raison c’est que la notice de montage est peu compliquée selon moi, parfois les schémas ne sont pas bien expliqués, ce qui fait qu’on perd du temps à comprendre comment placer tel ou tel objet. La seconde raison, c’est parce que j’ai souhaité prendre mon temps afin de bien comprendre comment tout fonctionne.

Les pièces de l’imprimante 3D sont vraiment de bonne qualité, on sent que c’est du matériel robuste qui tiendra dans le temps. Ça fait partie des points positifs à retenir : En effet, il ne faut pas oublier que l’impression 3D fonctionne sur le principe de superposition de couches et va jusqu’au détail de 0.1mm. Par conséquent, la moindre vibration, le moindre décalage peut facilement dégrader la qualité des objets imprimés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’imprimante possède un plateau chauffant, permettant de faciliter l’accrochage (ou le décrochage) des pièces. Le plateau est en option lors de l’achat (40€) mais je ne peux que le conseiller.

Le plateau chauffant de l’imprimante, permettant de mieux faire adhérer le filament

Découverte du logiciel Repetier et de l’univers de l’impression 3D

Comme je l’indiquais en début d’article, se lancer dans l’impression 3D nécessite d’apprendre quelques termes et de comprendre comment ça fonctionne : Adhésion de type Brim ou Raft, extrudeur, taux de remplissage, flow… Vous verrez qu’avec quelques petits essais, on prend rapidement la main !

Le logiciel fourni s’appelle Repetier, il est bien adapté pour la MicroDelta Rework et il est compatible avec Windows et Mac. Je vous passe les détails de l’installation du logiciel, cela nécessite quelques manipulations… mais tout est bien expliqué sur le site.

Le logiciel MicroDelta Rework

Il suffit ensuite de brancher l’imprimante 3D à l’aide du câble micro USB, vers un port USB sur votre ordinateur. Vous allumez l’imprimante, est c’est parti !

La calibration de la buse

Dans un premier temps, il est nécessaire de passer par une étape de calibration : La calibration permet à la buse (la tête d’impression si vous préférez) de connaitre avec une très grande précision les zones d’impressions.

Cette phase de calibration se fait grâce à un petit outil qu’il suffit de visser temporairement à côté de la buse. C’est ensuite le logiciel Repetier qui va s’occuper du reste.

Lorsque la calibration n’est pas correctement faite, vous pouvez avoir quelques surprises…

Un échec d’impression dû a une mauvaise calibration

Première impression d’un objet (et premiers problèmes)

Après plus de 6h de montage, d’installation du logiciel, de phase de calibration… Voici enfin l’étape d’impression d’un objet ! L’entreprise conseille de commencer par imprimer un objet pour l’imprimante 3D (permettant de placer le rouleau du filament au-dessus de l’imprimante).

Pour imprimer un objet, il faut d’abord le “trancher” via le logiciel Repetier. Grâce à cette fonctionnalité, vous pourrez régler votre impression selon vos souhaits : L’épaisseur du filament (de 0,3mm à 0,1mm), le remplissage de l’objet ou encore la vitesse d’impression.

Tous ces réglages sont importants, c’est eux qui vont directement influencer sur la qualité de votre objet à la fin. Au tout début, je reconnais que je ne savais pas vraiment quels étaient les bons réglages, j’ai regardé un peu sur internet et puis je me suis lancé.

  • Premier problème : Suite à une mauvaise calibration de la buse (par ma faute), la buse venait “s’écraser” sur le plateau et empêchait le filament de sortir sur les premières couches. Heureusement, après une nouvelle calibration, le problème fut réglé !

J’ai alors relancé l’impression de l’objet.

  • Deuxième problème : Je n’avais pas correctement vissé l’extrudeur (la partie du moteur qui entraine le filament). Par conséquent, le filament ne descendait pas bien dans la buse, la pièce avait des trous sur quelques couches. Après une petite aide du support, le problème était réglé.

J’ai alors relancé une 3ème impression, et celle-ci s’est déroulée sans aucun problème. Ce qui est chouette avec le logiciel Repetier, c’est que vous voyez en temps réel la progression de l’impression de votre pièce. Vous pouvez également contrôler la température de la buse, la vitesse d’impression… Un logiciel bien pensé !

La progression de l’impression de la pièce dans le logiciel Repetier

Les filaments compatibles

PLA, ABS, Cristal, G-CARBON… de couleur bleu, rouge, noir, blanc, mais aussi thermosensible… il existe un très grand nombre de types de filament, permettant de varier le rendu d’impression. Ici, l’imprimante m’a été livrée avec du filament type PLA.

Le PLA est biodégradable et issu de matériaux recyclés. Il est plus environnement-friendly, donc. Il est souvent utilisé dans l’emballage alimentaire.

Pour l’ABS, c’est différent :

L’ABS est un polymère thermoplastique. Il est souvent utilisé dans les appareils électroménagers (les cafetières par exemple). C’est également le même genre de plastique que les Légo.

Il faut savoir que chaque filament ne réagit pas de la même manière. Il est donc important de connaitre les propriétés du filament que vous souhaitez utiliser pour pouvoir adapter les réglages (notamment la température idéale pour le faire fondre) mais également selon l’usage que vous en ferez. Vous trouverez plus d’infos ici.

Exemples d’objets imprimés en 3D

On peut dire que j’ai vraiment bien testé cette MicroDelta Rework… Un casse-noix, un boitier de Raspberry Pi ou encore des pots de fleurs Bulbizarre en low-poly, je vous laisse admirer le travail :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Combien de temps prend une impression 3D ?

Difficile à dire, l’impression d’un objet peut aller de 5 minutes à presque 15H,  en effet, tout dépend de la taille de votre objet,  mais aussi de la qualité et du niveau d’impression que vous souhaitez avoir. Il est évident qu’un objet imprimé avec un précision de 0,1mm mettra plus de temps que du 0,3. Par contre, vous n’aurez pas le même rendu..

Télécharger des modèles pour imprimante 3D

Avec l’impression 3D, il est tout à fait possible de modéliser et de créer vos propres objets 3D (avec des logiciels tels que Google Sketchup par exemple). Mais si vous n’êtes pas trop à l’aise avec ça, vous pouvez également télécharger un modèle et l’imprimer directement. C’est assez magique, vous téléchargez un fichier “virtuel”, mais celui-ci finira de manière réelle sous vos yeux !

Après avoir fait plusieurs recherches, j’ai fini par retenir deux sites pour télécharger des modèles 3D et que je vous conseils :

Le site thingiverse.com propose des milliers de modèles d’objets à imprimer en 3D

Note et conclusion

Fondateur de networkshare.fr, ce site me permet de publier tout ce que j'adore : des tests de produits, des tutoriels et des astuces ! Toujours en rapport avec le vaste monde high-tech... Le tout dans la bonne humeur !